Janvier 2018 2018-06-12T23:10:02+00:00

Janvier 2018

 

 

 

Pendant des années, j’ai attendu que ma vie change, mais maintenant je sais que c’était elle qui attendait que moi je change.

 

Fabio Volo

Voici la mise à jour

 

Noël est terminé! Vive la nouvelle année!

Les fêtes ont été fortes en émotions (c’est toujours très émouvant Noël pour moi, entourée des gens que j’aime) et en glucides…

J’ai effectivement mangé des glucides sous forme de bûche de Noël, de pain, de vin. Du 24 décembre au 2 janvier, je n’ai pas suivi mes nouveaux principes alimentaires. Et j’ai pris 1,5 lb. Ben oui. Ai-je des remords, de la culpabilité? Pas du tout! Moi, j’ai décidé que j’adoptais un style de vie alimentaire qui exclut ces sentiments négatifs. C’est la fête d’un de mes enfants et je veux manger un morceau de gâteau? Eh bien je le mange avec joie. J’ai vraiment le goût de prendre un peu de vin? Si ça vaut la peine, eh bien je le déguste. Pendant les Fêtes, c’est ce que j’ai fait. Je n’ai pas exagéré outre mesure, mais je me suis gâtée disons, car ça fait partie de jouir de la vie.

Le 3 janvier, j’ai toutefois repris mes habitudes et j’ai même poussé un peu plus loin. Vous vous rappelez que je disais le mois passé que je me permettais du pain ou autres glucides (comme le vin) une fois par semaine? Dès le 3 janvier, j’ai décidé d’être encore plus rigoureuse. Donc, j’ai abandonné cette habitude hebdomadaire, et je m’en porte bien!

J’ai aussi ajouté certaines nouvelles routines pour m’aider à rester bien centrée. J’ai commencé à suivre de près tout ce que je mange pour bien voir si je suis sur la bonne voie. Je le fais de trois façons :

  • J’inscris tout ce que je mange dans une application en ligne (Sparkpeople.com). Ainsi, chaque jour, je vois si je mange suffisamment de gras, de glucides (il faut en prendre quand même un peu!), de protéines et de fibres. Pour savoir combien de grammes je dois consommer de ces éléments, j’ai fait des recherches et j’ai pu établir quels étaient les objectifs (c’est à réévaluer à mesure que je vais perdre du poids).
  • Je me suis fait un fichier où je reporte tous mes résultats quotidiens pour suivre le mieux possible mon alimentation et noter comment je me sens, ce qui m’a rassasié le plus, etc.

 

 

  • Depuis le 13 janvier, je prends ma glycémie tous les matins (et parfois plus tard dans la journée) pour voir mon taux de sucre dans le sang, ce qui me dit si mes apports alimentaires conviennent. Ce petit outil est gratuit en pharmacie (ce qui coûte des sous, ce sont les aiguilles et les languettes pour déposer la goutte de sang).

L’avantage d’inscrire tout ce que l’on mange

Ça fait des décennies que je suis des régimes de toutes sortes. J’ai remarqué que chaque fois que je suis de façon rigoureuse ce que je mange, j’arrive à restée bien alignée et consciente de ce que je mets dans mon corps. Ça me permet aussi de voir ce qui donne de meilleurs résultats.

Les inconvénients d’inscrire tout ce que l’on mange

  • C’est chronophage. Ça exige de la discipline (chose que je n’ai pas naturellement, je dois l’avouer).
  • Les applications qui aident à mesurer les calories et autres mesures ne calculent pas tous les données de la même façon. Ça insécurise, car on ne sait pas si vraiment on est « sur la coche ». Néanmoins, rien n’étant parfait, il faut quand même prendre un outil et s’y tenir. Après tout, ce n’est qu’un des nombreux indicateurs (n’oublions pas le sentiment de bien-être, les mensurations qui changent, le poids que l’on perd, etc.) J’utilise deux applications en fait : Sparkpeople.com et ketodietapp.com. Avec ce dernier, je peux recalculer mes cibles à mesure que je maigris et ajuster mon apport alimentaire, ce qui est en fait un avantage.

Sur papier

Voici mon tableau mensuel pour illustrer un peu le petit bout de chemin parcouru en termes de stats. Du 3 au 17 janvier, j’ai perdu 6 lbs et mes mensurations ont changé. Depuis la mi-octobre, c’est un total de 25 lb, tout en mangeant des aliments savoureux.

Des conseils sur le fly

 Quand on change notre façon de nous alimenter, le corps doit prendre le temps de s’ajuster. Et parfois on va avoir faim entre les repas au début. Mes conseils?

  • Ne jamais prendre un fruit ou des légumes à indice glycémique élevé comme collation. Pourquoi? Cela entraînera un pic d’insuline, ce qui met notre corps en mode stockage de gras. De plus, sur le coup, on se sent bien, puis vient le coup de pompe et la faim qui se pointe de nouveau le nez. Frustrant.
  • Toujours avoir des légumes à faible indice glycémique avec soi (céleri, brocoli, etc.). Si jamais le repas précédent avait des lacunes alimentaires (s’il n’en avait pas, on n’aurait pas faim) ou après un exercice physique exigeant, on peut au moins apaiser la faim sans créer de pic de glycémie. Quand on suit un régime faible en glucose, on prendra quelque chose de gras et protéiné (p. ex. un morceau de formage gras, un peu de bacon). Pour connaître l’indice glycémique des aliments, une petite recherche rapide sur internet donnera pas mal d’infos.

Un changement de mode de vie alimentaire exige des efforts. Ben oui, des efforts, sans quoi on se déresponsabilise et on donne son pouvoir aux autres (si nos pseudo efforts ne fonctionnent pas, si le programme d’entraînement ne « fonctionne pas », ça devient la faute des autres… Ben voyons donc! C’est à nous de reprendre notre pouvoir, d’écouter notre corps et de nous ajuster. Notre corps nous soutient à tout moment, on lui doit bien de l’écouter! Comme le disait Napoléon Bonaparte : On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Amen.

Ciao, bye les glucides !

Si tu veux suivre mes progrès et être avisé(e) quand il y a du nouveau, inscris-toi à mon infolettre!

En t'inscrivant, tu seras également informé(e) des nouveaux articles de blog, de mes conférences, de parutions à venir et des tirages que je fais occasionnellement! Viens nous rejoindre!
Ciao, bye les glucides !

Leave A Comment