L’horreur sévit encore

AVERTISSEMENT : 

Mon article ne plaira pas à tous, je vous l’annonce tout de suite. Il risque même de vous offusquer.

L’horreur sévit encore… de même que l’indifférence

Aujourd’hui, je ressens de la tristesse pour ce qui est arrivé à Bruxelles. Quelle violence inutile. Toutes mes sympathies vont aux familles de ces innocentes victimes.

Que leur âme repose en paix.

Mais j’ai encore plus de tristesse quand je constate que nous étions tous Paris en novembre, et aujourd’hui nous sommes Bruxelles. Mais qui étions-nous quand 18 personnes ont perdu la vie à Abidjan il y a deux semaines à peine? Combien de Je suis Bassam avez-vous vu passer vous? Moi, j’en ai vu deux.

Et n’eut été qu’il y a eu des Québécois dans l’attentat au Burkina Faso, la nouvelle aurait fait le même genre de manchette que pour la Côte d’Ivoire. Pas grand monde a mis sur son FB Je suis Ouagadougou non plus. Pourquoi donc? 

Je crois qu’en tant que membre de la race humaine, nous devons prendre pleinement conscience que nous ne nous sentons pas concernés par ceux et celles qui ne nous ressemblent pas autant. Ce n’est pas la distance qui cause notre indifférence, mais bien le manque de ressemblance avec nous. Inconsciemment, nous considérons encore ces peuples (qui sont habituellement moins développés que nous, selon nos normes) comme ne méritant pas autant notre attention, notre révolte.

Je viens tout juste de voir une image où on voit le drapeau de la France qui console le drapeau de Bruxelles. Pourtant, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire sont d’anciennes colonies françaises. Au moins si on avait vu les drapeaux des quatre derniers pays victimes d’attentats qui se consolaient… mais non.

Si je me trompe, veuillez éclairer mes lanternes car je ne peux pas me l’expliquer. Si vous voulez me dire que c’est le nombre de morts qui justifie cette indifférence, eh bien j’aimerais savoir c’est quoi le seuil de l’inconcevable? Paris – 130 morts; Bruxelles – 31 morts décomptés jusqu’à maintenant; Ouagadougou – 30 morts; Abidjan – 20 morts. Évidemment, je n’ai pas répertorié tous les attentats

Si votre ego est bien ancré et actif en vous, il s’opposera à ce que j’avance car il ne veut pas avoir ce jugement sur lui. Dans notre inconscient collectif, il y a cette discrimination désolante. Mais tout n’est pas perdu, et en prendre conscience, c’est un bon pas dans la bonne direction.

Il est grand temps que nous prenions la seule arme efficace contre cette indifférence et cette violence inouïe : l’AMOUR. L’amour de l’autre en tant que frère et sœur de la race humaine. Nous sommes tous UN, nous venons tous de la même source. Ne serait-il pas temps de nous aimer un peu plus, et un peu mieux?

Je ne suis pas Paris. Je ne suis pas Bruxelles. Je ne suis pas Abidjan. Je ne suis pas Ouagadougou. En tant que membre de la race humaine, JE SUIS NOUS TOUS.  Dans l’amour.

Je souhaite à notre monde en folie d’ouvrir son cœur et d’arrêter toute cette horreur.

Avec beaucoup d’amour et de tendresse aujourd’hui, plus qu’hier et moins que demain.

By | 2017-06-27T19:48:24-04:00 mars 22 2016|Amour, Spiritualité|2 Comments

2 Comments

  1. Anonyme 23 mars 2016 at 13 h 02 min - Reply

    Tellement trop vrai et c’est déplorable. À mon avis, ton article n’est pas offusquant, il nous ouvre les yeux…BAM!

    • Johanne Voyer 25 mars 2016 at 16 h 51 min - Reply

      Deepak Chopra dit qu’on ne peut guérir ce dont on n’est pas conscient. Or, mon article était un appel à la conscience. Tant mieux si vous l’avez accueilli comme il se doit. Merci!

Leave A Comment